3 juillet - 6 juillet 2018

S11

Etoiles massives: de la formation aux stades ultimes, un état des lieux des recherches en France

Contact

Fabrice Martins (chair - fabrice.martins AT umontpellier.fr), Sylvain Bontemps, Ana Palacios, Susanna Vergani

Description

Les étoiles massives jouent un rôle particulier dans l’astrophysique moderne. Elles interviennent à l’interface de diverses thématiques: physique stellaire, milieu interstellaire, physique galactique, voire cosmologie. Ceci en relation avec leurs propriétés hors normes: évolution rapide, forts flux ionisants, nucléosynthèse riche, vents stellaires puissants, binarité serrée, phases évolutives complexes, explosions en supernovae et parfois sursaut gamma. La récente détection d’ondes gravitationnelles en provenance de systèmes de trous noirs binaires issus de l’évolution d’étoiles massives singularise un peu plus leur intérêt trans-thématique et en fait des objets de première importance pour divers pans de l’astrophysique moderne.

Malgré cela, l’évolution qui permet de conduire aux objets compacts responsables de l’émission d’ondes gravitationnelles reste largement méconnue. Dans cet atelier, nous proposons de regrouper les acteurs français de la thématique “étoiles massives” au sens large. L’objectif est de faire le point sur les avancées et les questions-clés les concernant. Toutes les contributions sont les bienvenues, même si l’accent sera mis en priorité sur les trois points suivants:

- formation: les processus de formation des étoiles massives restent mal contraints. Les grands relevés avec des télescopes et instruments de type Herschel ou ALMA ont permis/permettent des progrès significatifs. La question de la formation des systèmes binaires est par exemple centrale pour comprendre l’origine des systèmes d’objets compacts.

- progéniteurs de supernovae et sursauts gamma: aujourd’hui, il n’existe aucune identification probante d’un progéniteur de supernovae de type Ib/Ic, et par là même de sursaut gamma de type long et mou. Cela pose ainsi la question des prédictions des modèles d’évolution stellaire (étoiles simples ou binaires) dans les phases avancées.

- perspectives observationnelles: divers instruments ont été récemment ou seront prochainement mis en service (MUSE, MOONS…) et le développement de grands télescopes (type E-ELT) s’accélère. Comment cela peut-il aider la communauté française à progresser dans la connaissance des étoiles massives? Quels sont les besoins et attentes vis-à-vis de l’utilisation de ces instruments/télescopes?

Les contributions en lien avec ces questions, et toute autre liée aux étoiles massives, devront être déposées via l’interface web des journées SF2A avant le 3 juin 2018.

Programme

Après midi - Jeudi 5 Juillet
2pm-2:05pm Ouverture de l'atelier
2:05pm-2:30pm Fabien Louvet - Formation des étoiles massives: Résultats récents
2:30pm-2:45pm Contribution proposée 1
2:45pm-3:00pm Contribution proposée 2
3:00pm-3:15pm Contribution proposée 3
3:15pm-3:40pm Jesse Palmerio - Précurseurs de supernovae/GRB: Contraintes observationnelles par l'étude de leur galaxies hôtes
3:40pm-3:55pm Session poster
3:55pm-4:20pm Pause café
4:20pm-4:40pm Fabrice Martins - Précurseurs de supernovae/GRB: Prédictions de l'évolution stellaire
4:40pm-4:55pm Contribution proposée 4
4:55pm-5:10pm Contribution proposée 5
5:10pm-5:25pm Contribution proposée 6
5:25pm-5:40pm Jean-Claude Bouret - Future instrumentation
5:40pm-5:55pm Contribution proposée 7